quarta-feira, 19 de setembro de 2007

Cecilia Malibran


(DECCA 475 9082 8)

O álbum de La Bartoli consagrado à grande Malibran promete ser o acontecimento discográfico do ano lírico, sem surpresa.

A Bartoli, artística, vocal e discograficamente (por que não dizê-lo?!), é de uma qualidade e seriedade sem paralelo, na actualidade. Bate o pé às majors, como ninguém, recusando o folclore que procuram impor-lhe. É de Mulher!

«Cecilia Bartoli, c'est aussi une de ses qualités, a le sens du spectacle et un don pour faire partager ses passions. Pratiquement tous les deux ans, elle invite, pour notre grand plaisir, à un nouveau voyage sur des chemins ignorés ou d'autres que l'on croyait connus, mais qu'elle éclaire d'une nouvelle lumière. Après Vivaldi, Gluck, Salieri, dont on ne peut plus ignorer de vive voix pourquoi il n'est plus joué, elle fait aujourd'hui revivre la Malibran après avoir, il y a deux ans, illustré la période où l'opéra était frappé d'interdit par les autorités vaticanes.»

Depois de dedicar vários registos à reabilitação de repertório caído no esquecimento – Vivaldi, Gluck, Salieri, entre outros -, desta feita, Cacilia Bartoli envereda pela expressão de uma escola de canto, que La Malibran criou.
Passou da criação à expressão.

Em breve, ver-se-á...

Por enquanto, contentemo-nos com a cobertura da imprensa ao acontecimento, que se avizinha a passos largos!

«Cela fait plus de quinze ans que je m'intéresse au personnage en collectionnant des objets, des partitions. J'ai eu aussi envie de montrer et de partager tout ce qui m'a aidé à comprendre la chanteuse et la femme. C'est en voyant, devant un théâtre où je chantais, un camion technique d'enregistrement que j'ai eu l'idée du musée mobile qui accompagnera ma tournée dans les villes. Londres, Paris... où la Malibran a chanté, même en Espagne où, pourtant, elle ne s'est jamais produite bien qu'elle y fût née.»

O que mais me impressiona nesta entrevista é a insistência de Bartoli na faceta emancipada de Maria Malibran... O que estará a romana a preparar?

A talho de foice, para abrir o apetite, aqui fica uma opinião critica (francesa) deste registo:

«Le CD n'est pas un vulgaire pot-pourri aguicheur pour le public du bel canto mais une véritable relecture de la musique de cette époque. Il comprend huit enregistrements qui sont des premières mondiales et aussi des « tubes » comme le célèbre « Casta Diva » de La Norma dans une lecture philologique grâce aux instruments d'époque de l'orchestre de La Scintilla dirigé par Adam Fischer. Une interprétation qui étonnera tant elle diffère de celle de la Callas par la ferveur d'une prière si loin de la déclamation. Une autre approche indispensable à entendre.»



Cecilia Bartoli, ossia Maria Malibran

1 comentário:

Moura Aveirense disse...

Depois de algumas atribulações... já o tenho! A "saboreá-lo" vagarosamente... o livrinho que acompanha o CD é também muito bonito. Embora eu seja uma fã do barroco, acho que a voz da Cecilia é mais indicada para o tipo de repertório deste CD.

Cumprimentos, Moura Aveirense